samedi 21 septembre 2013

Altzeimer




Alzheimer


Viens, ma fille,viens, viens ma fille,viens me voir
J'ai plein de choses à dire qui viennent en mémoire.
Il faut faire dire au temps les choses du passé,
Pendant qu'il en est temps, quand encore on les sait.

  • Je vais venir, papa, on va parler ensemble
  • Demain, ou bien après…mais c'est ta main qui tremble ?
  • Oui, j'ai du prendre froid
    - mais dehors il fait beau

  • pourtant je ne sors plus.
    mais si au bord de l'eau

pas plus tard qu'hier nous y sommes allés
  • Tu dois avoir raison, oui ! on s'est promenés.

Te souviens tu comment, enfin …je veux dire
Quel était son nom, la femme, tu sais, qui me faisait sourire ?
                             Mais si rappelle toi, c'était maman, maman !
Ah, tu es sûre ? …et elle s'appelait comment ?
                             Là tu le fais exprès
Mais non je vous assure
vous voyez bien, madame, que je ne suis plus sûr
J'ai des trous dans la tête et j'ai peur pour demain
                         Tu m'appelles Madame, t'es sûr que tu vas bien ?

Bonjour, comment vas tu, ce matin, papa ?
  • C'est gentil de venir, vous êtes qui déjà ?
  • Tu sais bien c'est ta fille, je suis là tous les jours
  • Peut-être… c'était il y a longtemps, mais quel jour ?
  • Je ne sais plus…
    Tu me parles de quoi ?

  • Si si, tu sais bien, tu sais…tu sais bien toi !
  • Je ne sais plus ce que tu dis et quoi te dire ?
  • Partez, madame, je vous en prie , je vais dormir…




    Etrait "Des chemins à La Source"
    www.hg-amiot.fr


vendredi 20 septembre 2013

Blue's Mountain






En revenant de Provence sur l'autoroute, il y a ...longtemps j'ai pensé ce texte ou les sons, les couleurs s'associent avec l'humeur et les couleur des montagnes
Ce texte fait partie de mon livre: Des chemins à la Source

Blue’s Mountain



Et je sais maintenant que la montagne est bleue, 
Quand le soleil s’amuse à me brûler les yeux, 
 Mais je m’en vais demain, je vois dans ton regard, 
Comme un reflet nouveau et la montagne est noire ! 

Et la montagne flambe dans le soleil couchant, 
Il fera beau demain, tes yeux rougis de vent, 
Habillée de sapins et d’odeurs de la terre, 
Tes yeux aux reflets verts lui donnent sa lumière. , 

Couleurs et senteurs et fleurs obsolètes, 
Vous êtes si présentes dedans tes yeux noisettes, 
Elle est verte , elle est bleue, elle est rouge ce soir, 
Mais je m’en vais demain et la montagne est noire. 

Des chemins à la Source
www.hg-amiot.fr

mercredi 18 septembre 2013

J.Brel à écouter sans modération



à écouter sans modération

https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=0goh5ZZJVro
Merry Christmas - A Film by Anna Condo 

http://youtu.be/bJ5LccS5oOY

Ainsi parlait l'homme sage


Ainsi parlait l’homme sage


“Quand nous serons revenus de nos passions d’images 
et de l’amour commun de la chose bien faite

quand nous aurons passé le temps où le temps compte
plus que le temps que l’on passe à vivre

quand nous aurons dépassé le réel et tout le matériel
qui envahit  nos vies et  détruit la tendresse et l’ amitié

nous pourrons enfin vivre et vivre encore nos rêves”



Le goéland, dans une autre vie se racontait ses voyages
et la rencontre avec l’enfant blond
qui dessinait  des moutons sur le sable

Venant de cette vie d’avant, il sentait la chaleur des épaules
la douceur de la poitrine où il aimait à se reposer

et le son de la guitare, posée sur les jambes nues



“Quand nous saurons qu’il nous faut regarder vers le ciel 
pour voir les étoiles et que la plus brillante
n’est pas forcement la plus belle

quand nous saurons que les hommes ne font que passer
et que souvent ils continuent de vivre
dans ce qu’ils ont laissé, s’ils ont pris le temps de construire

nous pourrons alors  nous inventer d’autre rêves



Le goéland,dans une autre vie se réinventait des voyages
et sa recherche du bonheur dans les mots 
d’un vieil indien autour d’un feu de camp

Venant de cette vie d’avant, il piquait vers le pont
du grand voilier blanc où il savait trouver cet impossible amour

poitrine offerte aux  rayons du soleil




“ Si nous savons que nos vies sont à jamais unies
qu’elles le seront encore au delà de la mort
quand nous avons créé, avec amour, l’unité

si nous savons nos corps, notre cœur et nos âmes
tendus vers l’autre avec force et tendresse
noyées dans le même regard

nous verrons  nos vies se confondre à nos rêves”


Le goéland , dans une autre vie revivait ses voyages
et les moments passés en quête de l’amour
auprés d’un esquimau assis sur la banquise

venant d’une autre vie il  réchauffait son corps
dans la  douce chevelure  brillante et ondulée

encadrant son visage et caressant le cou



“ Quand nous serons revenus de nos passions d’images
et que le temps qu’on a cru perdu
nous aura servi à mieux  nous connaître

pour vivre encore , ensemble, après le grand passage
et continuer de bâtir un indéfinissable amour

Alors nous continuerons de vivre et d’accomplir nos rêves”



Ainsi parlait l’homme sage
à celle qu’il aimait
au moment de la quitter


Dans le rêve d'Emilienne




Dans le rêve d’Emilienne


Dans le rêve d’Emilienne
Il y a des Marilyn
Des chemins de dentelles
À fleur de sa poitrine

Dans le rêve d’Emilienne
Des oiseaux de passage
Des goélands qui viennent
Et frôlent son corsage
Dans les yeux d’Emilienne
Les images d’un amour
Illusion collégienne
Fait pour durer toujours

Aux lèvres d’Emilienne
Le souffle est encore chaud
De la brise aérienne
De lointains Roméos

Aux frissons d’Emilienne
Quand la mer se retire
Les souvenirs reviennent
Et le corps s’alanguir

Dans le rêve d’Emilienne
Il y a des Marilyn
Qui ferment les persiennes
Le mains sur la poitrine


Ce texte est inédit, il es né de cette photo et de quelques mot écrits par une amie

D'autres textes à (re)découvrir sur le blog  ou sur le site
www.hg-amiot.fr
http://leslivresdhg.blogspot.fr/

dimanche 1 septembre 2013

Nouveau


Le « Toi » du Monde


Et ta robe s'envole au chant des tourterelles
Tes cheveux accompagnent celui des colombes,
Je m'envole avec toi et caressant le ciel
Dans le vent qui nous porte sur le « toi » du monde
je ne vois que tes yeux aux couleurs d'arc en ciel


Comment ce court texte m'est apparu ?
un jour de pluie et de soleil, bien sur.
mais qui du premier: l'arc en ciel ou le texte existait-il déjà ?


D'autres textes extraits de mes livres sont à découvrir sur mon site
www.hg-amiot.fr
ou sur la page http://leslivresdhg.blogspot.fr/